Scroll to top

Le SXO, la nouvelle façon de conquérir Google et vos utilisateurs

SEO + UX = SXO

Si les teams UX (User Experience) et SEO (Search Engine Optimization) ne travaillaient pas encore ensemble, elles vont devoir cohabiter.

Après avoir intégré la présence de réseaux sociaux sur les sites web en 2010, et leurs versions mobiles en 2015, les algorithmes de Google, qui définissent la position des sites sur les pages de résultats, prennent désormais en compte certains leviers d’expérience utilisateur. La principale raison ? Faire de Google le meilleur moteur de recherche, celui qui satisfait le plus ses utilisateurs en leurs proposant des sites pertinents qui offrent la meilleure expérience.

SXO par google
Le SXO est désormais pris en compte par Google !

Le SXO combine l’UX et le SEO pour atteindre un double objectif :

Satisfaire les utilisateurs et les algorithmes des moteurs de recherche (surtout Google). Pour y arriver, le SXO va chercher dans les deux disciplines pour offrir la meilleure expérience, du début à la fin de la période de navigation.


Les entretiens utilisateurs, menés par les UX pendant la phase de recherche, peuvent également être traités par l’équipe SEO pour mener des analyses lexicales. Ces analyses nous donnent les mots-clés employés par les utilisateurs, qui sont donc à inclure dans les titres et dans le contenu textuel du site en général. Vous pouvez utiliser pour cette analyse lexicale l’outil <alyze/> qui est gratuit.


Pour synthétiser, à la suite d’entretiens et d’une analyse lexicale, vous aurez toutes les informations pour poser les bases de la création de contenu sur votre site : les besoins et les attentes, la régularité avec laquelle publier du nouveau contenu (le planning ou calendrier éditorial) et les mots-clés à utiliser.

Un autre outil en SXO : les personas. Ils permettent en UX de bien définir les utilisateurs-types et de rassembler l’équipe projet : on ne conçoit pas un site pour les séniors en général, on crée un site pour Jean-Christophe qui a des pensées, des besoins, des contraintes… Les personas peuvent également servir à adapter le contenu en fonction des profils d’utilisateurs. Au lieu de proposer les mêmes contenus à tous les visiteurs, vous pouvez cibler le contenu par persona et donc offrir une expérience utilisateur personnalisée et optimisée.


Le SXO peut également aider à améliorer l’arborescence du site de deux manières différentes :

  • Mener un atelier de tri de cartes ouvert (les participants regroupent les pages du site et nomment les groupes créés) pour réaliser une arborescence cohérente pour les utilisateurs et combiner avec la création d’un cocon sémantique qui va permettre de créer un maillage pertinent entre les pages de mêmes catégories.
  •  L’autre solution : réaliser un benchmark des cocons sémantiques des concurrents et réaliser un tri de cartes fermé (les participants positionnent les pages du site sous des groupes déjà créés) pour optimiser une arborescence.

Une fois le site conçu, développé et lancé, il est crucial de continuer à s’en occuper. La phase de croissance (ses premiers mois) doit donner lieu à des optimisations régulières aussi bien sur le fond que sur la forme. Les tests utilisateurs ou les tests A/B peuvent être croisés avec les données Analytics (données quantitatives sur les comportements des utilisateurs). Ainsi, vous pourrez affiner votre interface et améliorer vos KPI en identifiant les points de rupture pour les utilisateurs.

Le SXO est une nouvelle façon d’aborder le référencement naturel en répondant aux exigences d’utilisabilité d’un site émises par Google et les autres moteurs de recherche. Il est donc primordial de travailler sur le fond et la forme de son site web.

Author avatar
Charlie Couratin